samedi 29 janvier 2011

Fonctions psychologiques (1) - Approches préliminaires

Nous allons de nouveau puiser dans cet ouvrage fleuve de Jung (pour l'anecdote, il lui fallut plusieurs années pour sa rédaction et beaucoup de spécialistes le considèrent comme son apport le plus important pour la psychanalyse, avis certainement discutable).

L'individu est constamment soumis à des contenus provenant du monde extérieur ou intérieur (on oublie souvent de préciser que la théorie des fonctions psychologiques s'appliquent de la même manière aux objets extérieurs qu'à ce qui se présente de l'intérieur).
Pour capter et assimiler ces contenus, il s’appuie sur des processus psychiques, les quatre fonctions psychologiques.

Ce développement risque d'être fastidieux pour qui connaît un peu l'oeuvre du psychologue mais cette notion, à l'instar de l'orientation de "l'énergie psychique" (voir Extraversion et introversion), est importante pour comprendre le fonctionnement de la conscience, essentielle pour celui qui cherche à mieux se comprendre et cruciale pour atteindre l'altérité.
Tout d'abord il est bon de souligner que ces fonctions s'associent par paire d'activité, c'est pour cela que vous trouverez un "OU" dans chaque processus, une fonction étant exploitée dans l'accueil ou le traitement de l'information, elle condamne naturellement l'autre à être "délaissée". 
L'individu, en construisant son Moi (en devant adulte et "affirmé" sur un plan individuel), va développer une attitude psychologique qui le conduira à exploiter des fonctions, au détriment d'autres. Ce processus de "sélection naturelle", notons le à la marge pour le moment, est à la source de ce que Jung a appelé l'ombre.
Restons vigilants cependant à parler de fonctions favorisées, parce qu'aucune n'est réellement abandonnée et que cette attitude évolue toute la vie...c'est le propre même de l'individuation (on y reviendra largement plus tard). Et c'est cette même individuation qui poussera l'individu à "opter" pour des fonctions plutôt que d'autres, ainsi évidemment que le besoin d'adaptation dans la petite enfance et le cursus personnel.  
MAIS cette inclinaison n'est jamais figée et il m'apparaît ridicule de dire "tu es un extraverti intuitif" comme une vérité définitive.
Jung lui-même, voyant cette tendance de catégorisation rigide poindre avec l'élaboration de ses types, rédigea un ouvrage pour apporter la nuance nécessaire (Lire L'homme et ses symboles).


Accueillir le contenu (Fonctions irrationnelles)

Sensation 
Cette fonction opère en transmettant les stimuli physiques perçus.
Nous restons avec cette fonction dans l'impression sensible et aucune relation ne s'établit avec l'objet. Comme nous sommes dans le registre du "spontané" et non dans celui de "l'élaboré", on parle de fonction irrationnelle.

 OU

Intuition 
C'est une fonction très particulière (Voir ici).
En effet, Jung (qui ne reconnaitra que tardivement cette fonction) souligne qu'elle "transmet les perceptions par voie inconsciente" qu'elle permet de lire "par delà les choses".
L'intuition vise les possibilités que cachent une chose, un être ou une situation. 
On dit de quelqu'un qu’il est intuitif s’il porte des jugements justes sans justification logique ni possibilité d’analyse. 

ET

Traiter l'information, établir un jugement (Fonctions rationnelles)

Pensée
Cette fonction est plus complexe que beaucoup de vulgarisateurs le laissent entendre.
Nous nous devons cependant de rester simple car l'idée est de comprendre la dynamique en jeu.
La meilleure définition est donnée par son "concepteur" : 
"en fonction de ses propres lois établit des connections conceptuelles entre des contenus de représentation donnés". 
Disons simplement que la fonction est analytique
Signalons qu''il existe cependant un autre aspect, la pensée abstraite...

OU

Sentiment
Là, nous sommes dans le cœur de la relation sujet/objet.
Cette fonction établit une échelle de valeurs, un jugement purement subjectif (bon/mal, beau/laid, etc). 
Si elle ouvre la porte à la sensibilité, la compassion, elle construit aussi un référentiel par dichotomie qui complique l'accès à la totalité réelle des choses (extérieures comme intérieures), entraînant parfois le jugement destructeur ou la sollicitation étouffante.

Vous l'aurez compris le "ET" signifie qu'il nous faut une fonction de perception complétée d'une fonction de jugement pour appréhender les contenus.

Le résumé par Jung :
"La sensation vous dit que quelque chose existe ; la réflexion vous dit ce que c’est ; le sentiment vous dit si c'est agréable ou pas ; et l'intuition vous dit d'où il vient et où il va"


Suite ici


Sommaire "Fonctions psychologiques" (Cliquer pour y parvenir)
2 - Différenciation
3 - Schémas
4 - Dynamique, individuation
5 - Aspect collectif
6 - Fonction transcendante
7 - La fonction intuition
8 - Facteurs endopsychiques

Aucun commentaire: