lundi 3 septembre 2018

Grigori Perelman

Grigori et sa mère

Génie des mathématiques, mais probable "autiste" si j'en suis la ligne de diagnostic du corps médical...

Motivation visible ?
« Vous vous souvenez de la légende biblique sur Jésus-Christ qui marchait sur l'eau. Je devais calculer la vitesse avec laquelle il marchait pour ne pas tomber dedans »

« Pourquoi ai-je mis tant d'années pour résoudre la conjecture de Poincaré ? J'ai appris à détecter les vides. Avec mes collègues nous étudions les mécanismes visant à combler les vides sociaux et économiques. Les vides sont partout. On peut les détecter et cela donne beaucoup de possibilités… Je sais comment diriger l'Univers. Dites-moi alors, à quoi bon courir après un million de dollars ? »

C'est homme est le génie mathématique de ce siècle !!!!


vendredi 24 août 2018

Documents déclassifiés...

Attention, tout est sous caution dans cet article mais bon, autant le diffuser pour connaître un peu mieux le fougueux psy zurichois ^^
Le document déclassifié, comme vous le constaterez, n'est pas un modèle du genre...

Voir ici !




mercredi 22 août 2018

Michel Cazenave...Hommage

Parti le 20 août dernier, Michel Cazenave oeuvra sans cesse pour la cause du milieu "jungien", notamment dans l'édition où il dirigea la collection des traductions françaises des oeuvres de Jung chez Albin Michel.

Vibrant hommage de Basarab Nicolescu sur sa page Facebook, reproduit ici...

LE CIRET EST EN DEUIL: MICHEL CAZENAVE (1942-2018) 

Michel Cazenave, membre fondateur du CIRET, s'est éteint hier soir à 19:30 après une longue souffrance. Il avait 76 ans.
Grande personnalité du monde culturel français, il a été à mes côtés, en 1987, à la fondation du CIRET. Michel Cazenave a été d'une fidélité totale par rapport à la transdisciplinarité. Il a servi le CIRET comme membre du Conseil d'Administration et comme Vice-président du CIRET. Il a marqué l'histoire du CIRET comme il a marqué l'histoire de "France Culture".

Reçu au concours d'entrée de l'ENS-Ulm lettres en 1963, il se dirige aussitôt vers la politique. Il est successivement président de l'Association des étudiants gaullistes de Paris (1963-1965), Vice-président puis Président de l'Union des jeunes pour le progrès (1965-1967), Secrétaire général de l'Union démocratique du travail (1969-1970), et, enfin, Délégué général de l'Institut Charles de Gaulle (1972-1977) et directeur de la revue "Espoir". Il a établi, avec l′accord d′André Malraux, un "Spécial Malraux, Discours et Ecrits politiques, 1947-1972", et un album de deux disques : "André Malraux : Discours historiques". En 1974, il est coordonnateur d′un Cahier "Charles de Gaulle" aux Editions de l′Herne.
Il entre à France Culture en mai 1977 comme conseiller auprès du directeur de l'époque, M. Yves Jaigu (membre fondateur du CIRET), avec qui il prépare à la suite les mémorables colloques "Science et conscience" de Cordoue (1979), puis "Science et symboles" de Tsukuba (1984).

Producteur-coordonnateur à partir de 1980, il n'a plus jamais quitté cette fonction. Michel Cazenave à créé la célèbre émission "Les Vivants et les Dieux" dont il a été producteur direct de 1997 à 2009 - au moment de prendre sa retraite. 

Parallèlement à ses activités radiophoniques, Michel Cazenave a aussi travaillé pour la télévision (programme "Océaniques" sur FR3, documentaires pour l'INA ou pour Arte). 
J'ai participé avec Michel Cazenave à des nombreuses émissions de radio et aussi à quelques émissions télévisées et, chaque fois, j''étais émerveillé par sa présence rayonnante.

Michel Cazenave a travaillé plus de trente ans dans l'édition (direction de la traduction en français des œuvres de C. G. Jung, et direction de différentes collections.
Passionné par la psychanalyse et ami proche de Pierre Solié (membre fondateur du CIRET), il se réclamait de la tradition jungienne, tout en confrontant constamment celle-ci aux pensées de Freud et de Lacan et il a essayé sans cesse de l'ouvrir d'une manière transdisciplinaire à l'anthropologie, la sociologie, la philosophie et l'histoire des religions. Il a été membre du Conseil pédagogique de Groupe d'études C. G. Jung de 1975 à 2001, président de ce groupe de 1984 à 1990, cofondateur et président du Cercle francophone de recherche et d'information C. G. Jung (2005 à 2012).

Il a une oeuvre immense de philosophe, de poète, de romancier et d'homme de théâtre.
Pour plus de détails sur son activité, voir le site

Sa disparition laisse un grand vide dans la vie culturelle française mais son oeuvre est vivante et sa présence est vivante dans nos coeurs.
Bon voyage à ton âme, grand compagnon et grand ami !

Basarab Nicolescu
Président du CIRE

mardi 14 août 2018

Une nouvelle revue prometteuse...

Bonjour à tous,
Ayant, enfin, résolu des problèmes techniques cornéliens qui m'empêchaient de rédiger le moindre article sur cet espace, je vais tenter de "reprendre du service" sur mon blog qui a conservé, à mon heureuse surprise, une certaine vivacité de fréquentation...

Pour la reprise, j'aimerais proposer un coup d'éclairage sur une toute nouvelle revue dont la promesse éditoriale annoncée me semble totalement atteinte : Privilégier la qualité.

Le thème du numéro 1 : Les Archétypes.

Sous la plume d'un panel étonnamment ouvert d'intervenants, on y découvrira des articles de fond, des tonalités nouvelles et singulières, bref, une bouffée d'oxygène dans un milieu où l'on semble estimer, à tort, que les "vieilles idées sont les idées sures".


Sommaire du premier numéro :

  • Les Archétypes, substrat de l'inconscient collectif
  • La gnose occultée
  • Le retour des dieux
  • Héros, dieux, génies,
  • Contamination et concaténation des archétypes,
  • Les Archétypes à la base de la structuration de la matière



samedi 29 avril 2017


Bonjour à tous,

Un retour, que j'espère durable, pour ranimer ce blog.

Avec un peu de retard, je vous informe de la refonte totale du site collaboratif,  



dimanche 18 décembre 2016

Jung par lui-même



 "C'est vrai, une force de la nature s'exprime en moi - je ne suis qu'un conduit... 
J'imagine que, dans bien des cas, je pourrais vous paraître sinistre. Si, par exemple, la vie vous a mené à adopter une attitude artificielle, vous n'allez pas pouvoir me supporter car je suis un être naturel. 
Ma présence même cristallise; je suis un ferment. Je suis perçu comme un danger par l'inconscient des gens qui vivent d'une manière artificielle. Tout en moi les irrite, ma façon de parler, ma façon de rire... Ils sentent la nature"

Jung, Guérisseur, blessé de l'âme - Dunne

vendredi 24 juin 2016

Le jardin de la reine...


Une deuxième édition proposée par La Fontaire de Pierre.

Excellent ouvrage, dans la veine de ce qu'on peut connaitre de meilleur de la plume de Perrot...

mardi 19 avril 2016

Présence de Jung


Une nouveauté 2016 de l'excellent éditeur La Fontaine de Pierre.

Un livre vraiment intéressant pour plonger dans la pensée de Jung, aussi authentiquement que possible.


mercredi 16 décembre 2015

Le Prophète (Adaptation du recueil de Khalil GIBRAN)

Afficher l'image d'origine

Certains films ouvrent une parenthèse inattendue vers le monde intérieur, invitation à un voyage « initiatique ». Le Prophète est de ceux-là.

"L'image donne vie au Verbe", comprendront ceux qui auraient la bonne idée d'aller le voir.

Sur une île imaginaire, Almitra, petite fille muette depuis la mort de son père, espiègle et chapardeuse, vit seule avec sa mère qui fait des ménages pour vivre. Accompagnant sa mère un matin, elle fait la rencontre de Mustafa, prisonnier politique assigné à résidence (on notera l’écho particulier du thème en cette période de révolutions populaires arabes). 
Mustapha est un poète, amoureux de la sagesse, un philosophe au sens plein…ses mots sont créateurs d’images fabuleuses qui vont fasciner la petite fille et combler sa parole perdue. Une belle histoire d’âme-itié démarre.

Chaque séquence où le poète prend la parole est présentée sous forme de saynète magistrale (8 au total) : musique envoûtante, richesse et diversité des graphismes, c’est à chaque fois un véritable ballet de symboles et d’images qui réjouit les yeux, les oreilles, le cœur et l’âme.

Quelques extraits des dialogues (du livre) :
« Car la liberté n’est possible que lorsqu’elle n’est plus un but. »
« Aimez- vous mais ne faites pas un lien d’amour : qu’il soit plutôt une mer mouvante entre les rivages de votre âme. »
« Car qu’est- ce que le mal sinon le bien torturé par sa propre faim et sa propre soif ? »
« Quand le bien a faim il cherche partout de quoi se nourrir. »
« Lorsqu’on aime un ami, on ne doit pas pleurer car ce qu’on aime en lui peut être plus clair en son absence. En amitié seule compte la profondeur de l’âme. »

samedi 17 octobre 2015

Le fini ne saisira jamais l'infini...

Chaque fait psychologique est un phénomène vivant pris indissolublement dans la continuité du processus vital, de sorte qu'il est toujours un devenu et un devenir, un devenir qui va être lui-même créateur. Tel janus aux deux visages, le moment psychologique regarde en arrière et en avant en se réalisant, il prépare ce qui sera...
L'âme renferme autant d'énigmes que le monde avec ses systèmes galactiques, devant le sublime spectacle desquels seul un esprit sans imagination peut ne pas s'avouer son insuffisance. Devant cette extrême incertitude de la pensée humaine, les prétentions au savoir sont non seulement ridicules, mais aussi tristement dépourvues d'esprit...
L'âme, reflet du monde et de l'homme, est d'une telle diversité, d'une telle complexité qu'on peut la considérer et la juger sous des angles infiniment variés. Il en est de la psyché exactement comme du monde : une systémati­que du monde reste en dehors du pouvoir humain [...] Le fini ne saisira jamais l'infini...
C.G. JUNG - L'âme et la vie

dimanche 19 juillet 2015

Archétype (10) L'anima selon Hillman - Partie 3


Après une longue période d'absence sur le sujet, nous voici dans la troisième partie de ce très riche essai de Hillman sur l'anima. Lui-même écrit que le sujet ne pourra jamais être épuisé tant il évolue au rythme de la croissance humaine. 
Nous avions terminé la précédente évocation par un constat troublant, réalisé par Jung lui-même, "C'est la vie derrière la conscience...dont la conscience est issue". Voyons maintenant d'autres facettes au moins aussi "inattendues".

6- Anima et dépersonnalisation
Le sentiment d'identité personnelle ne viendrait pas du moi mais serait donné au moi par l'anima. La perte, provisoire, de ce sentiment est la dépersonnalisation et peut intervenir dans tous les cas, des états "toxiques" ou non. C'est le sentiment étrange de tomber dans un fonctionnement "mécanique", d'être spectateur de sa vie, de ne plus percevoir la réalité du monde. A distinguer de la dépression qui est une inhibition des fonctions vitales, ici nous sommes dans la perte d'implication et d'attachement à soi-même et au monde.
Un exemple fréquent est l'état d'apathie profond suite à une forte déception amoureuse...exemple pas réellement anodin puisque cet état serait lié à une "perte d'anima".
A ce stade de réflexion, l'anima est la force générique qui anime l'âme. On pourrait la rapprocher du daïmon grec ou du ba égyptien.

7- Intégration de l'anima
"L'anima et l'animus se situe à la limite supérieure du clair-obscur de l'être...Aussi longtemps qu'ils se trouvent dans cet état, ils doivent être reconnus et acceptés comme personnalités parcellaires relativement indépendantes...ce n'est que lorsque le conscient aura acquis une connaissance suffisante...que celle-ci pourra être ressentie comme un simple fonction."  CMFO Jung
On passe de l'image au contenu,  de la personnification à la fonction, qui, implicitement, lui est supérieure.
Comme l'écrit Corbin, l'image féminine que rencontre le héros n'est pas son ennemi mais son ange gardien. Voici qu'apparaît une dynamique psychique atypique dans la psychologie de Jung : Intégrer l'Anima n'est pas seulement reconnaitre son autonomie et sa "personnification" mais aussi de transformer cette personnification en fonction.
  • Il faut, en quelque sorte, percevoir la nature véritable des aspects personnels de toute personnification,
  • L'intégration est un changement de point de vue qui passe de elle en moi à moi en elle.

8- Médiatrice de l'inconnu
Au regard de ce qui a déjà été évoqué, nous pourrions écrire que l'Anima représente l'inconnu en tant qu'il est le mystère de la conscience en relation avec la nature et la vie.
Si elle n'est pas, loin s'en faut, le seul archétype en jeu dans l'individuation, elle reste cependant celui de l'appel psychologique, celui qui médiatise l'inconscient. Et avant de devenir conscient, nous devons pouvoir savoir où, quand et comment nous sommes inconscients.
Mais il y a un écueil empoisonné à esquiver : l'Anima n'apporte pas de réponse, elle les portent, sous forme d'image ! Et c'est précisément ici que l'âme, la psyché, a besoin du logos, de l'intellect.
"C'est de la tête que sort le corps et ceci est également l'oeuvre de Eve."  PT Jung

CMFO : Commentaire de la Fleur d'or
PT : Psychologie du transfert

Sommaire "Archétype" (Cliquer pour y parvenir)
2 - La persona
3 - Approfondissement de la notion d'archétype
4 - Approche de l'Anima
5 - Approche de l'Animus
6 - L'Ombre
7 - Le Soi
8 et 9 - L'anima par James Hillman    Partie 1  Partie 2

dimanche 21 juin 2015

L'art de l'erreur...


« Nous devons vivre notre expérience. Nous devons commettre des erreurs. Nous devons vivre jusqu’au bout notre vision de la vie. Et il y aura l’erreur. Si vous évitez l’erreur, vous ne vivez pas ! On peut même dire, en un certain sens, que toute vie est une erreur, car personne n’a trouvé la vérité. Quand nous vivons ainsi, nous connaissons le Christ comme un frère, et Dieu devient réellement un homme. Cela semble un terrible blasphème, mais ce ne l’est pas. Car ce n’est qu’à ce moment là que nous comprenons le Christ comme il voudrait être compris : comme un de nos semblables. Alors seulement, Dieu devient homme en nous-mêmes. Cela semble être de la religion, mais ce ne l’est pas. Je parle en tant que philosophe. Les gens m’appellent parfois un chef religieux. Je ne le suis pas. Je n’ai pas de message, pas de mission ; j’essaie seulement de comprendre. Si nous sommes des philosophes dans le sens ancien du mot, nous sommes des amoureux de la sagesse. Cela évite la compagnie parfois contestable de ceux qui offrent une religion. Et ainsi, la dernière chose que je voudrais dire à chacun d’entre vous, mes amis, est la suivante : réalisez votre vie aussi bien que vous le pouvez, même si elle est fondée sur l’erreur, car la vie doit être détruite, et on arrive souvent à la vérité par l’erreur. Alors, comme le Christ, vous aurez réalisé votre expérience. Donc, soyez humains, cherchez la compréhension, cherchez le discernement et créez votre hypothèse, votre philosophie de la vie. Quand nous reconnaissons l’Esprit vivant dans l’inconscient de chaque individu, nous devenons des frères du Christ. »
Carl jung

lundi 15 juin 2015

Première traduction française de Erich NEUMANN

Voici une nouvelle d'un poids certain dans le monde jungien, l'éditeur IMAGO / La compagnie du livre rouge, vient de publier la traduction de cette œuvre majeure, préfacée par Jung.
 
Neumann fut un collaborateur et élève important On lui doit notamment la notion de "centroversion" (cette phase psychique où l'individu est poussé à un travail de considération intérieure) et une réflexion approfondie sur la "Grande Mère" archétypique.
 
 

mardi 26 mai 2015

La machine qui interprète les rêves...

Un exemple flagrant que derrière de bonne intentions peuvent se cacher des erreurs fondamentales...le rêve se dérobera toujours à une interprétation de masse, quelle que soit la puissance des machines en jeu.

NON, le rêve ne peut pas être décrypter par autre chose que le rêveur lui-même.


Voir ici

mercredi 20 mai 2015

dimanche 29 mars 2015

Imagination active - Collectif

Parution le 11 mai prochain (La Fontaine de Pierre), un ouvrage sur un thème rarement traité, l'imagination active.

Accompagné d'un DVD (?), il regroupe également des textes de Jung et de ses proches collaborateurs sur le sujet.

En couverture, la jolie tour de Bollingen de Maire-Louise Von Franz.



jeudi 5 mars 2015

Lisa GERRARD - Adrift

Littéralement, le titre de cette musique signifie "à la dérive".
Extrait de son dernier album, très sombre, le clip l'accompagnant est somptueux...poignant, émouvant, mais aussi d'une profonde symbolique.

mercredi 4 mars 2015

Hélène Hoerni JUNG

 
Très en retard, parce que je l'ai appris de manière fortuite aujourd'hui, je rends un modeste hommage à la "dernière" fille de Jung, Hélène Hoerni, décédée à l'âge vénérable de 100 ans le 1er juillet 2014.


"Hélène Hoerni-Jung a passé la plus grande partie de sa vie à Küsnacht, près du lac auquel elle était très attachée.
Elle a donné de nombreuses conférences et a exploré, à la lumière de la psychologie analytique, l'orthodoxie chrétienne autour des nombreuses icônes qui la caractérisent
. "
 
  



 

samedi 28 février 2015

De l'archétype en action

Raymond Hostie, prêtre jésuite ayant collaboré pendant un temps avec Jung, est l'auteur d'un ouvrage remarquable, Du mythe à la Religion, apportant un éclairage rigoureux et passionnant sur le rapport entre la pensée religieuse et la psychologie analytique. 
Au fil des pages, il entreprend notamment le décryptage de l'émergence de l’archétype à la surface de la conscience. Il définit des "étapes" présentées ci-dessous :

  1. Les archétypes, noyaux énergétique puissants, sont dans la "strate" psychique de l'inconscient collectif,
  2. Dans la vie psychique d'un individu ou d'un groupe d'individus, un ensemble de données possède une inclinaison, une tonalité, en lien avec un archétype.  C'est la constellation qui constitue un apport d’énergie déclenchant l’activité de l’archétype,
  3. La charge énergétique s'insinue dans la conscience. Ici, l'état d'équilibre du moi et la collaboration de l'individu ont un rôle prépondérant dans la nature de la réception : elle peut être vaguement ou lointainement perçue (ce qui n'enlève rien à son apport) ou déclencher une tempête psychique (pouvant conduire à une catastrophe),
  4. La conscience perçoit cette activité qui est ressenti comme "autre",
  5. De l'interaction entre la conscience et ce flux énergétique naît le symbole. Le matériel représentatif qu'apporte le sujet est ordonné, constellé par l’archétype qui lui donne sa signification. Le revêtement symbolique de l’archétype varie en fonction du lieu, du temps et de l’individualité dans lesquels il s'impose,
  6. Le symbole se manifeste à la conscience comme une réalité ne venant pas du moi, il en est indépendant,
  7. La polyvalence du symbole invite la conscience a une confrontation, médiation, réflexion, explication spontanée ou méthodique si elle se fait dans le cadre de l'analyse.

" L’expérience vivante d'un archétype est souvent éprouvée et cachée comme le secret le plus individuel qui soit, précisément parce que le sujet se sent atteint au plus profond de son être; elle est une sorte d’expérience originelle du non-moi de l’âme, d'un partenaire intérieur qui invite au dialogue, a la discussion et a la confrontation ". Psychologie de l'inconscient Jung

Sommaire "Archétype" (Cliquer pour y parvenir)

dimanche 22 février 2015

Ces rêves qui vous protègent et vous guérissent

Dans le prolongement de l’œuvre de Carl Gustav Jung, Christiane Riedel met ici en évidence le pouvoir thérapeutique des rêves. Elle présente des rêves inédits, actuels, surprenants, elle les analyse et montre ce qu’ils peuvent révéler sur la santé et les multiples dangers du quotidien. 
En s’appuyant sur les exemples de 123 rêves, elle explique comment les rêves prennent soin de l’intégrité physique et psychique du rêveur, de la naissance à la mort. Cette analyse permet en outre de mettre en lumière certaines mentalités nuisibles, voire délétères. 
Le rêve, jouant son rôle compensatoire, conseille une thérapie alchimique très « incorrecte » qui va à l’encontre des idées et de la morale ambiante. Avec compétence et courage, Christiane Riedel révèle la formule maudite du remède alchimique que prescrit l’inconscient, elle explique précisément ce processus salutaire qui permet la transmutation. Cette thérapie révolutionnaire apporte des solutions insoupçonnées et efficaces pour soigner notre société en danger. Si elle peut dans un premier temps choquer, elle soulage et libère ensuite d’une façon dynamique et vivifiante. 
Telle est la solution thérapeutique actuelle, redécouverte par le médecin psychiatre C. G. Jung. Telle est aussi la clé qui dévoile le sens de bien des rêves aujourd’hui. 

Ancienne élève de l’École normale supérieure, Christiane Riedel a accompli sa carrière de professeur en France et à l’étranger. Parallèlement, elle a étudié l’interprétation des rêves aux États-Unis, à Berlin et à Paris. Spécialiste de l’interprétation des rêves et analyste des profondeurs, elle propose une approche exclusive et novatrice. En 1991 elle fonde sa propre académie (AIIRVQ) où elle consulte, enseigne et poursuit ses recherches sur les rêves et leurs symboles. Elle est régulièrement interviewée par les médias et donne des conférences en France comme à l’étranger. Elle a écrit "Rêves à vivre", "Les rêves et les symboles de la vie quotidienne" et "Amour et sexe dans vos rêves" et depuis 2007 anime un blogue très instructif

jeudi 12 février 2015

L'amour éternel...





Dans le Péloponnèse (sud de la Grèce), des archéologues ont découvert la sépulture d'un couple enterré enlacé d'environ 6000 ans.

Des archéologues ont fait dans le Péloponnèse (sud de la Grèce) une découverte rare, la sépulture d'un couple enterré enlacé. Il remonte à quelque 6000 ans, a indiqué jeudi le ministère de la Culture dans un communiqué.

Le couple, réduit à l'état de squelettes, vivait aux environ de 3800 avant Jésus Christ, selon la datation au carbone 14. Il a été découvert dans une grotte à Diros, tout au sud de la péninsule, selon le ministère.


Dans son communiqué, celui-ci note que "les sépultures doubles avec enlacement sont très rares, et celle de Diros est l'une des plus anciennes sinon la plus ancienne trouvée jusqu'à présent dans le monde".

Le tests ADN ont montré qu'il s'agissait des restes d'un jeune homme et d'une jeune femme, enterrés parallèlement l'un à l'autre, comme des cuillères.

mardi 27 janvier 2015

Séminaire de 1925 - Nouvel ouvrage de Jung


...dans la fameuse collection de chez Albin Michel.

Sortie prévue le 18 février 2015.

Note de l'éditeur :
En 1925, alors en pleine rédaction de son Livre Rouge, Carl Gustav Jung présente une série de séminaires en anglais au cours desquels il parle pour la première fois en public de son attirance pour le spiritisme dans sa jeunesse et les expériences qu’il en eut, sa rencontre avec Freud, la genèse de sa psychologie et sa propre expérimentation de ce qu’il a appelé sa «confrontation avec l’inconscient», décrivant en détail nombre de ses rêves et fantasmes ayant joué pour lui un rôle déterminant. Il expose ensuite ses idées générales sur la typologie psychologique et les archétypes de l’inconscient collectif, s’appuyant sur des cas d’analyse et diverses discussions portant sur l’art contemporain. Il aborde notamment les éléments contrasexuels de la personnalité, l’anima et l'animus, dont il discute avec les participants aux séminaires à partir d’analyses psychologiques de romans populaires. Les notes de ce séminaire constituent le seul écrit biographique de Jung publié à ce jour et rendent compte de manière claire et pertinente du développement de ses travaux et réflexions. Cette édition révisée est enrichie de notes additionnelles, d’une introduction de Sonu Shamdasani, éminent spécialiste de l’histoire de la psychologie et de Jung dont il fut notamment l’éditeur du célèbre Livre Rouge.

mercredi 24 décembre 2014

Imago ou la construction des images psychiques


L'image, dans le domaine psychologique (qui n'est pas l'image comme simple représentation) joue un rôle primordial dans la pensée de Jung; c'est même un concept présent dans l'ensemble des théories psychologiques et psychanalytiques. 

Jung la définit comme "une grandeur complexe, composée des matériaux les plus hétérogènes, d’origines infiniment diverses, qui a une unité en soi", elle correspond à "l’état momentané de la conscience" et "à la créativité propre de l’inconscient". (in Les types psychologiques)

Histoire du concept chez Jung
En 1906, Carl Spitteler, poète suisse allemand, publie son œuvre la plus connue, qui évoque une histoire d'amour impossible car non réciproque, Imago, qui est aussi le nom de cette femme, objet de tous les désirs et fascinations, auquel l'amoureux se résignera à vouer un véritable culte.
Cette œuvre, empreinte de lyrisme et très suggestive,  marquera fortement Jung qui utilisera ce nom, en 1907, pour désigner cette image primordiale, ou originelle, que son expérience clinique lui avait révélée.
Ce concept évoluera dans sa pensée progressivement pour aboutir à la notion d'archétype, en 1916 (terme issu d'un traité alchimique de Denys l'Aéropagite, le Corpus Hermeticum).

A noter tout de même que le concept d'imago est encore communément employé en psychanalyse, principalement pour évoquer les images psychologiques maternelles et paternelles.


Qu'est ce que l'imago ?
C'est, avant tout autre chose, une rencontre entre le sujet et l'objet (on rappelle très brièvement que, chez Jung, le sujet est le "je" et l'objet, le "non je"). Sans objet, pas d'image psychique !
Si je parle de rencontre, c'est bien parce que l'objet constitue le support initial (la forme), le sujet apporte sa matière (le contenu ou remplissage de la forme) et le produit final est la combinaison, l'intrication du sujet et de l'objet, l'imago.
Pour faire simple, l'imago s'élabore par :

  • un objet,
  • un mode de "perception" psychologique (voir fonctions psychologiques à ce sujet),
  • une dynamique, toujours singulière à chacun, de construction appartenant à la psyché.
Rôle de l'imago
Comme beaucoup de constituants psychiques initiaux, selon la psychologie de Jung, l'imago, en soi, constitue une forme d'aliénation pour le développement "de l'être". Sa "déconstruction", qui rend aussi sa dignité à l'objet, permet d'appréhender son propre fonctionnement intérieur.
Travailler sur les imagines (pluriel d'imago) permet alors :
  • une vraie rencontre avec l'objet (non polluée de projections),
  • une rencontre avec soi (Soi),
  • collaborer à sa propre individuation.
Anecdote amusante : en biologie, le même terme d'imago est utilisé pour désigner, chez les insectes qui connaissent plusieurs phases de croissance (comme les papillons), le dernier stade de développement.

samedi 29 novembre 2014

Mary Conover Mellon - Philantropie en action

"Le monde est un tel gâchis qu'il devient d'autant plus important pour moi de faire ce que je peux pour garder en vie et diffuser des œuvres comme les vôtres, et toutes celles qui peuvent profondément contribuer, par les livres, savants et imaginatifs, sur l'homme, et sur l'histoire de son âme". 

Par ces quelques mots, Mary Conover réussit à convaincre Jung d'accepter de créer un site, autour de sa personne, la fondation Bollingen...la fortune de son mari, Paul Mellon, permit ainsi, durant plus de 20 ans, d'accompagner des penseurs, artistes,  poètes, contribuant à maintenir un héritage essentiel pour l'âme humaine.


Peut être peut on regretter de ne pas relever plus de traces de cette aventure fantastique ? 
C'est que l'on ignore que la fondation est à l"origine de 250 publications, encore considérées comme majeures de nos jours et source d'inspiration pour de nombreux chercheurs. On trouvera notamment les fameux 20 tomes de The Collected Works of C.G. Jung (première traduction anglaise de la totalité des ouvrages et textes de Jung), l'oeuvre de Joseph Campbell, textes fondateur de Paracelse, les oeuvres de Erich NeumannErwin Ramsdell Goodenough, Mircea Eliade, et tant d'autres...

On citera aussi 300 bourses d'accompagnement qui furent délivrer pour soutenir des artistes et penseurs en devenir.

L'aventure se termina quelques années après la mort de Jung (la fondation devint inactive en 1968, après qu'en 1963, Paul Mellon déclara que ce projet ne pouvait être que celui d'une génération, sous-entendu, celle de l'après-guerre, désireuse de panser des plaies profondes de l'humanité).

"Jamais auparavant, dans l'histoire de l'édition, il y a eu une liste d'auteurs aussi distinguée que celle de Bollingen, ni un programme de publication a eu un impact plus significatif sur la pensée de son temps."
"Ce que l'on sent dans les ambitions de Mary Mellon pour Bollingen est l'importance vitale, pour l'humain, des idées de Jung et le réseau intellectuel international centré autour de ses idées. Sans sa détermination et son énergie - et la fortune de son mari - ce ne serait pas arrivé."