vendredi 31 mai 2013

Sérendipité. Place à l'instinct !


"...l’art de trouver ce que l’on ne cherche pas 
en cherchant ce que l’on ne trouve pas..."

Voici maintenant de nombreuses années que celui que je considère comme mon premier maître évoqua ce mot étrange; tout me plaisait à priori dans ce mot, la consonance pleine et ronde, agréable à l'oreille, l'équilibre des syllabes, et quand son sens me fut révélé, il lui conféra presque un caractère magique...

Le sens général
La sérendipité est la découverte totalement fortuite d'une trouvaille qu'on ne cherchait pas. Ce terme a été inventé par un philosophe anglais, Walpole, sur la base d'un néologisme (serendipity).

Il y a plusieurs sens induits qui constituent finalement, autant de degrés à considérer de la sérendipité. La proposition de l'ethnographe de Ronde me plait tout particulièrement et c'est donc celle-ci que j'ai retenu :

  1. On découvre par hasard ce que l'on ne cherchait pas. Vraie sérendipité.
  2. On découvre autre chose que ce que l'on cherchait grâce à un concours de circonstances favorables. Vraie sérendipité.
  3. On découvre par hasard ce que l'on cherchait. Pseudo-sérendipité.
  4. On découvre grâce à un concours de circonstances favorables ce que l'on cherchait. Pseudo-sérendipité.
Bien entendu, les exemples sont innombrables dans l'histoire de l'humanité, de la pénicilline à la tarte Tatin en passant par l'ADN, le lecteur pourra s'amuser à les recenser à sa guise...



Et l'homme face à la sérendipité ?
Qui dit sérendipité, dit réceptivité et attention, cette remarque n'est pas anodine pour la suite de notre billet.

Avec Platon et les Sophistes, le constat était déjà établi que l'on ne pouvait pas chercher ce que l'on ne connaissait pas parce que l'on ne sait pas ce que l'on doit chercher. La sérendipité privilégie les expériences, les ressentis, la position de guetteur, de fureteur, de vigie.

Ceux qui savent toujours où ils vont ne risquent jamais de se trouver ailleurs.

« Il fallait être Newton pour apercevoir que la Lune tombe, quand tout le monde voit qu’elle ne tombe pas » P. Valéry


La sérendipité, ce cadeau du "hasard heureux", demande une ouverture particulière pour exister. Garder une certaine perméabilité aux choses, conserver un oeil pour la vision générale, accepter l'inattendu et lui laisser une chance d'entrer dans nos vies, voici les critères qui font la sérendipité.


Utile la sérendipité ?
Sans nul doute, après ce que nous venons d'énumérer, qu'il convient de reconnaître qu'elle nécessite une certaine qualité d'être
On peut raisonnablement rapprocher cette qualité à celle définie par la fameuse injonction jungienne, décrivant l'attitude adaptée de l'homme face à son inconscient : "Laisser advenir".

Car oui, finalement, dans le chemin laborieux de l'individuation, la croisée de cette force structurante en nous et de notre conscience conduit-elle très souvent à d'étranges rencontres, révélations, surprises et à ce que le produit de ces rencontres soit généralement tellement loin de ce que nous souhaitions initialement ..c'est aussi cela la magie de la transformation qui opère, l'alchimie subtile de la vie.

Pour finir, j'aimerais revenir sur cette analogie hasardeuse voire trompeuse que l'on fait communément entre sérendipité et synchronicité. Certes, si l'on rapproche les choses au regard de la vie de la psyché, peut on envisager un lien entre les deux sur le plan du sujet...mais sachant que l'on trouve ce rapprochement dans tous les documents à vocation de vulgarisation, je rappelle que la synchronicité tient avant tout à la notion de "révélation personnelle"'...la tarte Tatin n'a qu'à bien se tenir.

Plus loin
Deux ouvrages majeurs, assez conséquents, délicats à la digestion.


6 commentaires:

Anonyme a dit…

Comme il est agréable de te lire, découverte d’un mot bien défini permet la maturité de l’esprit, comme un fil de lumière ondulant dans un fin canal de notre cerveau, l’éclairant en le créant.
Amitié,
Chantal

Jean Bissur a dit…

Merci pour cette jolie métaphore Chantal, cela me touche.

Amitiés,
Jean

Ariaga a dit…

Il me plait beaucoup ton mot que j'avais rencontré à une certaine époque mais bien oublié depuis. Amitiés.

Fiat Lux a dit…

Je dirais comme Chantal, oui, tortueuses les méandres de l'esprit; intérêt d'un fil d'Ariadne...
Si je jouais 'à la Gherasim Luca', je continuerais: Sérendipité, serein, se rendre à Pythie, Pythie, pitié...
Merci de ce partage

Anonyme a dit…

J'ai rencontré ce mot (ou remarqué)pour la première fois comme titre d'une peinture de Brenda Hoddinott qui me fascine. Mais je n'avais jamais su ce qu'il voulait dire.

Tu verras ici la peinture en question. Et dans cette peinture il y a beaucoup de petits éléments cachés dans la paille ... qui ont échappé à mon regard pendant des années. C'est sur cette page que je les ai découverts:

http://coffeewithsundar.com/coffee-with-brenda-hoddinott-award-winning-artist-part-2/

Merci beaucoup, Jean,
Michelle

Jean Bissur a dit…

Merci beaucoup Michelle pour cet apport, quelle belle illustration pour donner corps à la théorie...

Amicalement,
Jean