vendredi 20 janvier 2012

La solitude partagée...


Dans ce que j’appellerais ma quête de sens, de vérité, de mon mythe personnel comme aurait dit Jung,  j'ai eu la chance de croiser des personnes animées par le même feu, certains ont disparu de ma vie, d'autres sont devenus des amis mais nous vivions tous dans une certaine solitude assumée...et nous passâmes de merveilleux moments à la partager. Dans cette quête, en effet, naturellement, se défont les consensus "non dits" qui scintillent dans toutes relations en société. Lorsque l'on refuse de croire les apparences évidentes, d'adhérer aux préjugés dominants, apparaissent alors deux élans contraires simultanés (paradoxe très "jungien") : l'approche d'une certaine plénitude personnelle, satisfaction intérieure et l'hostilité de proches, de certains "amis" et de tous les bien pensants qui ne peuvent comprendre ce changement d'attitude (je ne blâme pas, j'ai très longtemps fait partie de ce groupe). Il ne s'agit surtout pas d'entrer dans une indifférence face au "groupe" mais d'arriver à s'en distancier, condition sine qua non pour rétablir un dialogue intérieur.

Il est vrai que, de nos jours, les nombreuses techniques de développement personnel ont la vertu d'apporter un soulagement à un inconfort de vie, à des charges émotionnelles non canalisées, à des relations sociales toujours plus compliquées, et c'est déjà un vrai bénéfice en soi...mais est ce suffisant ? Personnellement, je ne crois pas, cela ressemble à un pansement mis sur une plaie mais si l'on ne veille pas à l'origine réelle de la blessure, une autre plaie apparaîtra un jour ailleurs...
En plongeant dans son intériorité, la rencontre dépasse, amplement, le simple patrimoine personnel. On y découvre une part de l'humanité, un fragment "d'universel singulier" si l'on peut dire...mais il faut, avant d'en arriver là, oser affronter ses propres noirceurs. Et ce travail n'est jamais abouti, les premières noirceurs font place à d'autres plus profondes, car c'est le processus naturel de la transformation : "La clarté ne nait pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur" Jung




Le courtois comptable réalise soudainement les pulsions inavouables qui l'habitent, la gentille vétérinaire découvre au fond d'elle des envies sadiques et morbides qui la bousculent, l'érudit polyglotte est confronté  à des besoins d'archaïsme et de sauvagerie, etc.  Et si j'étais né dans un contexte social ou familial différent, aurais je pu devenir un paria de la société ? c'es probable.
Quand je juge autrui, je réalise, une fois cette première  prise de conscience accomplie, que je me juge moi-même, puisque j'abrite les tendances coupables que je suis en train de juger. Qu'il est douloureux mais libérateur d'accepter nos imperfections, nos failles....cette acceptation, si elle est sincère et assumée est une bénédiction !
Le contraire,  s'idéaliser soi-même, idéaliser son clan ou sa nation, a pour conséquence de rejeter le mal sur l'extérieur. "L'ennemi est tellement bête, qu'il croit que c'est nous, l'ennemi" Desproges.
Accepter l'autre dans sa différence, c'est se libérer des projections (voir ici) et accéder au plus beau concept, l'altérité (voir ici).


Alors, subtilement, un autre monde s'offre à nous...non, plus précisément, nous accueillons une autre vision du monde. Nous accepter dans notre "médiocrité" (au regard de la totalité de notre être) nous aide alors à accepter les obstacles et échecs dans notre vie. Ils deviennent de véritables diamants bruts pour la transformation intérieure; ils nous poussent à l'humilité et au lâcher-prise. La vraie souffrance naît de notre résistance au changement, pas de nos échecs. 
J'ai récemment découvert un auteur, philosophe et psychologue analytique dont je parlerai plus longuement bientôt.  Il a merveilleusement résumé ceci dans une phrase : « Dans l’obstacle se trouve le chemin » Vézina Jean-François




23 commentaires:

Kelilan a dit…

C'est clair, précis et touchant. Merci !

Anonyme a dit…

C'est juste, il faut accepter l'autre mais ne pas se renier soi-même.

Ariaga a dit…

Un texte qui sonne très juste et qui demande à être relu. À bientôt.

Jean Bissur a dit…

Merci à vous pour ces encouragements.

Je me suis un peu livré ici car parmi la "cybercommunauté jungienne", j'ai reconnu quelques solitaires...

Amitiés,
Jung

Ariaga a dit…

C'est un cadeau que tu nous livres. Il me semble, en effet que la cybercommunauté jungienne soit essentiellement composée de solitaires qui font leur chemin comme ils peuvent. ils y a quelques groupes mais ils sont surtout occupés à établir des dogmes, ce que Jung avait en horreur.Amitiés.

Jean Bissur a dit…

Oui en effet Ariaga, le chemin précis vers soi ne peut jamais être partagé puisqu'il est singulier à chacun...mais on peut évoquer le cheminement avec ceux qui sont sur la route.

Amitiés,
Jean

KIME a dit…

Merci Jean,
Je vous suis régulièrement mais ce soir, il m'est difficile de rester silencieuse.
Votre article a raisonné dans ma tête et résonné dans mon coeur.
Le même jour, je venais de mettre en ligne un article intitulé "Solitude et érémitisme".... Un phénomène que Jung n'aurait pas manqué de qualifier de "synchronicité" !
Qui s'intéresse à Jung s'intéresse à l'individuation. Qui s'intéresse à l'individuation passe forcément par la solitude même si celle-ci n'a rien de commun avec l'isolement.
Je vous donne le lien si cela vous intéresse : http://energiespirituelle.blogspot.com/search/label/Solitude

Bien cordialement.
Kime

www.kelilanbd.canalblog.com a dit…

C'est étonnant, parfois tu signes Jung au lieu de Jean...:)

Jean Bissur a dit…

Bonjour Kime,

J'ai appris à ne plus être surpris par ces apparentes facéties du hasard qui arrivent assez régulièrement. Parlons de "communion d'esprit" pour faire simple.

Votre blog est remarquable !
La profondeur de vos réflexions sont une vraie source pour celle des lecteurs.

Bien cordialement,
Jean

Jean Bissur a dit…

Oui en effet, je crois que c'est la première fois que je signe ainsi ?

Avec une fébrile angoisse, j'en conclus à une inflation du Moi...

J E A N (cette fois, c'est bon)

nicole a dit…

la solitude ...on peut oui la partager ;o)et paradoxalement chacun s'y reconnait un peu, parfois beaucoup ; sans doute à cause de l,universel singulier, expression très riche de sens, elle résume tant.
Je n'avais pas remarqué que tu avais signé Jung !!! oui intriguant !;o)

Tempérance a dit…

Ce très beau texte que tu nous livre me fait immédiatement penser à la figure de l'Hermite dans le tarot de Marseille. Le sage, le guide, l'enchanteur, le pèlerin, celui qui ne craint pas sa propre solitude mais la recherche pour aller chercher la lumière dans ses profondeurs, pour ensuite retourner la porter dans le monde des hommes ... Solitude, solidité, mais aussi solidarité. Ces trois mots ont la même racine : Sol, le soleil. Chacun d'entre-nous est appelé à suivre son Hermite intérieur pour rayonner ensuite à l'extérieur.
Tes mots sont touchants et te "ressemblent" même si je ne te connais pas, mais en tous cas c'est un peu comme cet Hermite que je t'imagine !
Amicalement à toi.

Jean Bissur a dit…

Tempérance,

Merci pour ces mots chaleureux qui me touchent à mon tour.

Tu as raison de nous parler de l'Hermite...je n'avais pas fait le lien mais c'est parfaitement lié. Et j'ai toujours été subjugué par les images des tarots.
Tout au fond de soi se niche l'humanité...

Amitiés,
Jean

Ariaga a dit…

Ta note suscite des commentaires vraiment intéressants. Je suis allée sur le blog de Kime. Une belle découverte. amitiés.

Michelle a dit…

Merci beaucoup Jean, ce texte sent bon l'authenticité, la simplicité et la profondeur. Un beau lapsus t'a fait signer Jung un commentaire qui s'adressait à tous. Carl aurait aimé! C'est comme si tu t'exprimais en son nom, et il a si souvent parlé de la solitude inhérente à la singularité.
Amicalement!

Ariaga a dit…

Je n'avais pas vu que tu avais signé Jung. Je trouve cela excellent ! Amitiés.

nicole a dit…

je voulais te dire que j'aime beaucoup ta nouvelle bannière ! ;o)

Jean Bissur a dit…

Merci, c'est gentil Nicole.

C'est quelqu'un de très proche et versé, à ses heures perdues, dans l'art graphique qui me l'a confectionnée.

Amitiés,
Jean

nicole a dit…

he bien bravo à cette personne! ;o)

les images étant importantes pour moi, j'accorde par le fait même une attention particulière à ces présentations.

La Licorne a dit…

"Dans l'obstacle se trouve le chemin." dit Vezina
"On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres du chemin" disait Goethe...

Merci pour ce très bel article, plein de vérité...
Chemin de solitude, le chemin vers les profondeurs de l'être, mais solitude fructueuse qui nous relie, au final, aux autres, par ce que nous avons de plus "vrai" (comme le dit Tempérance qui parle de la figure de l'Hermite).

Merci aussi pour l'ouverture du forum. J'ai quelques soucis pour accéder à la "présentation" (l'endroit où l'on se présente) : il semblerait que je doive attendre sept jours. Ai-je bien compris ?

Jean Bissur a dit…

Merci pour ton appréciation Licorne.

Non, il n'y a pas de restriction pour écrire une fois que ton inscription est validée...juste sur le fait de mettre des liens.

Donc à très bientôt là bas ou ici.
Amitiés,
Jean

Anonyme a dit…

Très pertinent, je ressens exactement la même chose depuis quelques temps, sauf que j'ai du mal à croiser d'autres personnes dans la même situation ... La solitude est d'autant plus forte, que je n'ai pas de relation familiale ni affective, seule l'amitié compte dans ma vie, et mes amis ne sont pas en accord avec ma façon de voir le monde. Merci pour cet article que je partage avec plaisir sur facebook.
Bonne continuation.

T.

Jean Bissur a dit…

Merci beaucoup pour ce témoignage sincère.

Bonne continuation également,
Jean