lundi 18 avril 2011

Archétype (1) - Présentation générale (et succincte)

« On croit souvent que le terme "archétype" désigne des images ou des motifs mythologiques définis. Mais ceux-ci ne sont rien autre que des représentations conscientes : il serait absurde de supposer que des représentations aussi variables puissent être transmises en héritage.

L'archétype réside dans la tendance à nous représenter de tels motifs, représentation qui peut varier considérablement dans les détails, sans perdre son schème fondamental. »

C.G. Jung " L'homme et ses symboles ", Robert Laffont, 1964 p 67.

Autant le dire d'emblée, je m'attaque ici à un concept phare de la psychologie analytique. Cela m'apparaît être un exercice délicat car le terme est passé dans le langage populaire, ce qui brouille encore un peu plus la tentative "d'encadrement". En effet, comme beaucoup de choses qui proviennent de l'inconscient, il est plus aisé de les circonscrire, poser leur limites voire reprendre la méthode apophatique (= théologie négative), chère à Jung : mentionner tout ce que ce n'est pas par impossibilité de définir ce que c'est. 


Dans cet extrait d'une lettre de Jung de 1957, j'ai trouvé la définition la plus simple de l'archétype : " Les archétypes sont les formes instinctives de représentation mentale "
Il est important de retenir :
- formes instinctives : Ils sont naturels car, d'après Jung, inscrit depuis toujours dans le vivant. C'est pourquoi ces "instincts" appartiennent à l'humanité entière et ne répondent pas aux contraintes temporelles ou spatiales (partout, à tout moment).
- représentation mentale : L'archétype lui-même n'est pas directement accessible à l'expérience mais ils sont la source des mythes, des "grands" symboles, etc J'apprécie en particulier cette approche de Jung lui-même, "une forme symbolique qui entre en fonction partout où n'existe encore aucun concept conscient" (Types psychologiques).


Je ne trouve plus ma source mais j'ai lu un jour, cette image poétique pour définir les représentations archétypales; ce sont comme des empreintes de pas d'éléphant dans la forêt. Les empreintes sont là, tangibles, visibles par tous, elles trahissent la présence des pachydermes mais eux, demeurent toujours invisibles. Il me semble important de retenir que les archétypes sont des "préformes vides" que des images, symboles, représentations vont cristalliser. Comme le relève la dernière phrase de Jung citée, l'archétype éclaire ce que la conscience n'a pas encore touché.



Il est parfois mentionné que l'archétype est à l'inconscient collectif ce que le complexe est à l'inconscient personnel...pourquoi pas mais cela me semble un peu simpliste, tout étant interpénétré dans la psyché. Quoi qu'il en soit, relevant de l'inconscient collectif, il est aisé de réaliser que leur "charge énergétique psychique" (la libido) est immense, démesuré même si on la ramène à l'échelle d'un individu. Jung mentionne, à l'instar de  "l'effet de gravité" de l'étoile sur les planètes, une force d'attraction incoercible de l'archétype sur le moi. 
La rencontre avec un archétype n'est pas anodin, la charge émotionnelle est intense ! Le terme de numineux (du numen d'Otto dans son ouvrage sur le sacré, voir ici) lui est attribué.
" L'expérience archétypique est une expérience intense et bouleversante. Il nous est facile de parler aussi tranquillement des archétypes, mais se trouver réellement confronté à eux est une toute autre affaire. La différence est la même qu'entre le fait de parler d'un lion et celui de devoir l'affronter. Affronter un lion constitue une expérience intense et effrayante, qui peut marquer durablement la personnalité"  Jung


Les représentations archétypiques sont des symboles "vivants", qui laissent pressentir à la conscience la nature de sa totalité...le symbole est en effet, dans l'acception jungienne, l'outil puissant et singulier à chacun sur la voie de l'individuation. Pourquoi ? parce que c'est le seul qui contient en lui la conciliation d'opposés en apparence inconciliables. Je ne veux pas m'étendre car cette notion peut nous emmener très loin...


Au cours de sa vie, dans son cheminement intérieur, les archétypes jouent un rôle prépondérant et décisif pour un individu....oublions les et ils reviennent en force nous rappeler à notre bon souvenir, parfois de manière très douloureuse...osons les considérer, ne pas détourner notre regard de leur lumière "fascinante et effroyable" (= numineuse) et nous avançons un peu plus vers notre nature profonde.


Sommaire "Archétype" (Cliquer pour y parvenir)
2 - La persona
3 - Approfondissement
4 - L'Anima
5 - Approche de l'animus
6 - L'ombre
7 - Le Soi
8/9 - L'anima par Hillman Partie 1  
10 - Encore un peu plus loin

3 commentaires:

Ariaga a dit…

Tu as raison de dire que le concept est brouillé par l'usage populaire qui en est fait. Et naturellement très bon article. Amitiés.

Jean Bissur a dit…

Oui, c'est la rançon du succès d'un concept délicat...il est ramené à sa plus simple expression. Même combat pour les complexes, l'extra/introversion, etc
merci de ton passage,
Amitiés

phene a dit…

Archétypes ? Concepts fossiles d’une conscience sans âge… elle-même archétypale… Amitiés