dimanche 20 novembre 2011

Livre Rouge [6] - Ma visite au musée Guimet

 

J'ai laissé passer un peu de temps depuis ma visite dans ce joli musée que je ne connaissais pas. Il me fallait "digérer" des images. Pas celles qui ce sont offertes à mes yeux ce jour-là, mais toutes celles qui ont émergé en moi. 
Cette visite réalisait un constat déjà établi : le Livre Rouge fut le produit d'une vie, la cristallisation de décennies de travaux, recherches, confrontations...et durant toute cette période, Jung a produit des peintures, des dessins, des textes. J'ai eu l'intuition que toutes ces merveilles, au graphisme si particulier, remplissaient un rôle d'ébauche pour le maître Livre...mais les travaux d'ébauche ne sont ils pas les plus essentiels ?
Le plus émouvant pour moi fut la découverte des manuscrits, en particulier les fameux cahiers noirs, ouverts lors de la visite, sur un texte daté de novembre 1913, 98 ans plus tôt, j'imaginais Carl, fébrile et pourtant appliqué, remplissant les pages de ce petit cahier....

Le "jeune" Jung (avant la rédaction du Livre Rouge)


Carte d'étudiant française avec la mauvaise orthographe du nom

Aquarelle de 1903, présentant une esquif pris dans la tourmente des vagues. Jung était passionné de navigation mais cette coquille de noix dans la tempête ne symbolise t'elle pas merveilleusement ce qui l'attendait intérieurement quelques années plus tard ?


La rédaction du Livre Rouge


Cahier noir, extrait de 1913


Brouillon d'une lettrine et de l'un des mandalas. Ces brouillons sont touchants car on y lit l'implication et l'application extrêmes de Jung, en particulier ces essais multiples autour du mandala révèlent le travail intérieur et subjectif en jeu.

Le Livre















Les couleurs sont chatoyantes et, comme on me l'avait dit, beaucoup plus marquées et marquantes que dans la reproduction en vente. On voit ici par exemple les dorures de la lettrine.

Ce qui n'est pas dans le Livre

1917 - Représentation de divinités "chtoniennes"

Peinture de 1923 - Philémon apparaît en haut à droite

1919 - L'enfant divin, le même que l'on retrouve page 113 du Livre Rouge. Travail plus soigneux et travaillé, preuve peut être de l'importance que jouait ce personnage à ce moment de la vie de Jung

Sculptures, dont on retrouvera la représentation dans le Livre

Voici le tour rapide de l'exposition, malheureusement, les meilleurs clichés du monde (ce qui est très loin d'être le cas ici) ne pourront jamais témoigner de l'émotion...et que j'en ai eu des émotions lors de cette visite.


17 commentaires:

Ariaga a dit…

Excellent, j'ai eu des émotions à travers toi, surtout au sujet du livre noir ... amitiés et à bientôt.

Anonyme a dit…

Si en plus il y a un livre noir…

Anonyme a dit…

En fait ce livre est fait pour que l'on en aperçoive que les illustrations ?

Psyché

Jean Bissur a dit…

Bonsoir à vous deux,

Merci Ariaga, si j'ai pu transmettre un peu des émotions que j'ai ressenti...

Psyché,
Les cahiers noirs sont les écrits qui ont servi par la suite pour le Livre Rouge...et de nombreux écrits sont donc rassemblés entre les dessins.
Je partage ta "sensibilité" pour les odeurs.

Amitiés,
Jean

Tempérance a dit…

Comme j'aurais aimé me rendre à cette exposition ... Merci de nous faire partager ton ressenti et ces images, plutôt réussies je trouve malgré ce que tu en dis !

À bientôt

nicole a dit…

J'apprécie aussi Jean que tu me permettes de faire cette visite à travers tes images .
Ce qui me frappe cé en effet le caractère personnel de cette oeuvre, on sent que chaque dessin , oeuvre ,se veut un écho fidèle aux images intérieures. Comme quoi l'art visuel s' il ne servait qu.à ça serait déjà très participatif de la démarche d'individuation. Une évidence intellectuelle qui dans son application est un défi: celui du laisser advenir comme dirait jung.

venezia a dit…

Merci pour le compte rendu de cette exposition qui me reste vraiment en mémoire. J'aime beaucoup la photo du livre dans la lumière avec les visiteurs dans la pénombre.
j'ai également été fascinée par les "totems" de Jung

Jean Bissur a dit…

Bonjour Venezia,

Merci pour ton passage et commentaire.

Jean

Anonyme a dit…

J'aimerais bien connaître ce qui est écrit.

Psyché

blogruz a dit…

Merci pour cet article et ces photos réussies (moi j'ai été repéré par un gardien, et mes photos à la sauvette sont toutes ratées).
Puis-je emprunter ta photo de la carte de Charles Juing ?
Pour info, l'exposition du Livre Rouge a accueilli 16.000 visiteurs payants en 9 semaines. La courbe de fréquentation n'a cessé de monter, avec deux fois plus de visiteurs dans les 4 dernières semaines que dans les 5 premières. La librairie de Guimet a vendu plus de 200 exemplaires du LR.
La première édition à 5200 exemplaires du LR a été en rupture de stock le 10 novembre, et une seconde fournée de 5200 exemplaires vient d'être imprimée.

Jean Bissur a dit…

Merci pour toutes ces précisions qui démontrent que, peut être, Jung et son message vont enfin être compris en France...sans passer par les experts et représentants analystes mais par l'attrait spontané populaire.

Aucun souci pour la photo (je peux même t'envoyer l'originale en plus grande résolution si tu veux) mais ne perds pas à l'esprit que ces clichés sont volés...et à priori interdit à la diffusion. J'assume le risque (modéré) pour ma part.

Amitiés,
Jean

Anonyme a dit…

c'est juste un essai pour un ami dont le commentaire a disparu(tu n'aura qu'à effacer) pour voir comment les com passent en "anonyme. Ariaga.

ÉPHÊME a dit…

Merci Jean pour ce petit bijou de « relation » de voyage à travers l’exposition sur le Livre Rouge. Compte tenu des circonstances, les clichés sont excellents. Moi lors de ma visite, j’ai naïvement sorti mon numérique pour prendre des clichés, comme dans le reste du Musée. Mais deux gracieuses Cerbères féminines, farouches gardiennes du TEMPLE, me sont tombées dessus. INTERDIT !!! Impossible après de sortir l’appareil, car elles me pistaient…et avaient passé le mot à leur collègue.
J’ai vraiment beaucoup aimé cette note, qui rend si bien l’atmosphère particulière de ce lieu sombre, souterrain, où les gens parlaient bas, peu, presque en murmurant, comme devant des reliques dans une crypte romane dorée par des bougies. Ce fut une révélation pour moi, qui n’ai lu de Carl que « Ma vie », de découvrir le fin feuilletage de toutes ces strates de la construction d’une pensée unique, iconoclaste s’il en fut, et l’incroyable talent de peintre de Jung. Magique, malicieux, flamboyant, patient, méticuleux, il a cheminé des lustres à peaufiner, polir, caresser ces pages intimes, qui ont peut-être servi d’exurgence aux nappes souterraines les plus secrètes de son être.

Bonne soirée

ÉPHÊME

Jean Bissur a dit…

Bonsoir Epheme,

Je vais t'avouer une chose : j'ai été attrapé par une de ces "cerbères" au début de ma visite...et j'avais sorti un bridge numérique, certes moins encombrant qu'un reflex mais tout de même trop facile à repérer...elle est restée tout le long de ma visite dans cette "cave" à me surveiller.
C'était sans compter sur mon opiniâtreté, proportionnelle à mon intérêt pour Jung.
Un deuxième puis un troisième tour eurent raison de sa vigilance mais chuuuut. Je pense que les consignes étaient sévères.

J'apprécie vraiment ta plume et ta précision dans la description des choses.

Jean

AMP a dit…

Même anecdote avec mon reflex au bout de 5 mn. J'ai dû dégainer discrètement mon téléphone pour la suite.
Je viens de mettre en ligne un article sur ma visite.
L'ange Chien http://tinyurl.com/bwbbslu

La Licorne a dit…

Merci pour cette visite, Jean.
Vraiment nettes, les photos, pour des photos "volées"... :-))

J'ai passé une journée à Paris en novembre, mais je n'ai pas eu le temps de passer voir l'expo et je regrettais beaucoup. Grâce à toi, c'est un peu comme si j'y étais allée !

Et pour aller jusqu'au bout de l'anecdote...je dois avouer que, sur le chemin du retour, je me suis arrêtée dans une librairie et que, pour compenser, j'ai fait la petite folie d'acheter le livre !

Jean Bissur a dit…

Bonjour Licorne,

Je n'ai mis que les photos acceptables, ce qui n'est guère facile sans facile...le livre rouge a t'il su te séduire ?

Jean