dimanche 15 avril 2012

Archétype (9) - L'anima chez Jung - James Hillman - Partie 2

Reprenons le travail de synthèse entamé ici.
Hillman, qui nous a quitté il y a quelques mois (27 octobre 2011) est souvent considéré comme LE continuateur de la pensée de Jung outre-atlantique.
Nous avions précédemment passés au crible les notion de contrepartie sexuelle de l'homme, de l'Eros et du sentiment pour finalement conclure avec Hillman que l'Anima ne pouvait pas y être contenue de manière satisfaisante.

4- Anima et féminin

Hillman fait un constat simple et solide : si l'Anima a un dimension archétypale reconnue (Jung l'appelle parfois "l'archétype du féminin"), elle ne peut être seulement localisée à la psyché masculine.
Nous butons face à la théorie classique de Jung et pourtant Hillman rappelle que le même comportement est appelé Anima chez l'homme et nature féminine ou ombre chez la femme...
Il émet l'hypothèse que les femmes sont, par nature, âme si l'on accepte le lien entre âme et féminité. Mais le sentiment intime de l'âme n'est pas donné à la femme.
Le travail avec l'Animus qui est une conquête de l'esprit (Logos) fait ressortir que l'âme est bien la sphère de leur besoin et donc non acquise de fait. 
L'esprit actif n'est pas l'imaginal est les deux sont nécessaires à la constitution de l'âme !
Hillman conclue ainsi :
"L'Anima devient ainsi le véhicule originel de la psyché ou l'archétype même de cette dernière".


5- Anima et psyché

Anima comme archétype de la psyché, Hillman s'appuie sur plusieurs constatations :

  • Jung associe beaucoup d'images à l'Anima mais garde hors de ses limites la mère. L'Anima est alors source de croissance qui éloigne de la nature. Dans l'alchimie, ce processus spécifique, appelé opus contra naturam relation qu'entretient l'adepte avec l'anima-soror, est la perspective de compréhension psychologique à opposer à la compréhension naturaliste des évènements psychiques.
  • Rappelons le lien étroit qu'établissait Jung entre Anima et Mercure, entre la "personnification de l'inconscient collectif" et "l'archétype de l'inconscient". Hillman exprime que leur identité est d'autant plus étroite que la différenciation esprit/âme n'est pas faite. 
  • Sur le plan alchimique, l'anima s'apparente à Luna et Regina. Jung s'est attardé sur Regina et conclue par le fait qu'elle est conjonction simultanée de la contrepartie du corps et de la contrepartie de l'esprit. "L'anima n'est peut être qu'une seul parmi les ingrédients de l'alchimie du processus psychique.Mais du fait de son rôle conjonctif (anima mercurius), elle constitue ce facteur au travers duquel tout se produit de façon psychique". Nous trouvons même l'idée chez Jung que plus l'Anima parvient à la réalisation, plus l'existence psychique devient réalité.
  • Jung a construit ses théories sur cinq pulsions instinctuelles (contre une seule pour Freud) : faim, sexualité, activité, réflexion et création. La notion de réflexion, "se pencher en arrière" et "se tourner vers l'intérieur" est en forte corrélation avec l'anima. "La faveur des images intérieures...correspond à l'intériorisation par le sacrifice décrite par Jung, nécessaire à la conscience psychique". Dans ses séminaires anglais, Jung parle de "l'esprit de nature", où nous ne pensons pas mais sommes pensés, et il affirme que cet esprit est une propriété exclusivement féminine.  "...la réflexion est un acte spirituel qui va à l'encontre du processus naturel; un acte au moyen duquel nous nous arrêtons pour évoquer quelque chose, former une image, puis entrer en relation pour ensuite en finir avec ce que nous avons vu. Il faut, par conséquent, la comprendre comme un acte permettant de devenir conscient". Ou encore, parlant de l'anima "C'est la vie derrière la conscience...dont la conscience est issue"

Les archétypes

12 commentaires:

Ariaga a dit…

C'est très intéressant. Jusqu'ici je me contentais de lire ce que tu avais écrit sur Hillman sur lequel je savais assez peu de choses. la lecture de ce dernier billet me donne envie d'aller plus loin et de lire l'oeuvre. Amitiés.

Jean Bissur a dit…

Merci Ariaga,
Je suis heureux que ces lignes te donnent envie de lire Hillman...je suis conscient que ce billet est assez délicat à appréhender et découragera beaucoup de lecteurs, je suis donc d'autant plus content de lire que l'un d'eux a trouvé son compte.

Amitiés,
Jean

Anonyme a dit…

j'aime son regard, mais est-ce bien une femme ?

Anonyme a dit…

j'aime son visage aussi

Anonyme a dit…

elle a un long nez, secteur affectif pour moi (rien à voir avec un éventuel symbolisme) les odeurs, je préfère dire les parfums mais les odeurs c'est plus vaste ont une grande importance, elle nous relient avec ce qu'il y a de plus profond dans notre personnalité, je veux dire qu'elles nous relient à soi, le soi qui est le plus ancien, l'intimité. les sons et les odeurs se rejoignent. ils sont la porte d'entrée de toute notre intériorité. on devrait être toujours connecté ainsi, mais ce n'est pas, il y a une sorte de barrière.

Anonyme a dit…

Jean, est-ce que l'anima représente toutes les femmes je veux dire la mère l'épouse la maîtresse etc à la fois ou seulement une ?

Jean Bissur a dit…

Bonjour,
Si je suis le sens de ta question, tant que la confrontation à l'anima n'est pas entamée, on peut dire que toutes les femmes (et tout le féminin à l'extérieur de soi) peut la représenter...et bien entendu, les premiers supports de ces projections sont la mère et l'épouse.
Mais plus la vie avance et moins les choses sont "canalisées"...jusqu'à l'éventuel retour à la source, en soi.
Jean

Anonyme a dit…

et que devient la ou les maîtresses dans tout ça ? sans vouloir guerroyer, c'est juste pour m'informer. ou alors l'homme aurait-il plusieurs anima ? j'aimerais mieux une femme et plusieurs anima que le contraire. on pourrait toujours espérer qu'à elle seule elle les réunisse toutes

Jean Bissur a dit…

L'anima est un concept qui représente un fragment de l'inconscient...donc tant qu'une femme est le support de l'anima, la relation repose sur des bases "bancales".
Communément, il est dit que l'anima est unitaire dans la psyché et pluriel dans ses projections (d'où la tendance volage de l'homme) et l'animus pluriel dans la psyché et unifié dans ses projections (d'où l'impossibilité de trouver le prince charmant).

Anonyme a dit…

donc il est inutile d'imaginer rencontrer un homme fidèle ?

Jean Bissur a dit…

Nous sommes dans le domaine de la psyché théorisée...ni plus, ni moins.

Anonyme a dit…

oui mais ma vie n'est pas une théorie et la personne que j'aime non plus alors j'aimerais bien savoir si elle est capable d'être fidèle