lundi 24 septembre 2012

Global Consciousness Project


Ce billet est en écho direct avec celui sur De Chardin (voir ici ), notamment concernant le concept de noosphère qui y était évoqué. J'aimerais vous parler d'un projet particulier qui soulève un certain nombre de polémiques dans le milieu scientifique, le Global Consciousness Project (ou GCP).
Ou comment mettre en évidence ce lien subtil qui unit le genre humain, je pense que Jung aurait adoré l'expérience, lui qui la tenta à plusieurs reprises si malheureusement et avec les maigres moyens techniques de l'époque...

A quoi cela sert il ?
L’objectif premier est d'étudier « les corrélations subtiles qui reflètent la présence et l’activité de la conscience à l’échelle du monde ».  En termes simples, tenter de vérifier, de manière scientifique, qu'il existe un champ collectif de conscience humaine, que De Chardin désignait sous le terme de noosphère
Petite remarque, le projet mentionne une conscience collective mais puisqu'elle échappe à l'esprit humain et à l'individu en particulier, ne sommes nous pas dans la face cachée de la conscience, c'est à dire l'inconscient ? Et, plus clairement, le projet touchant l'échelle de l'humanité, ne sommes nous pas sur le territoire de ce que Jung nommait l'inconscient collectif ?

Qui ?

L'histoire débute dans la prestigieuse école américaine de Princeton, sous l'égide d'un spécialiste de la physique des particules, Robert Jahn, passionné également de parapsychologie, qui tenta les premiers essais avec des étudiants et fut très surpris de constater que des résultats normalement aléatoires semblaient influencés...Roger Nelson, toujours de Princeton mais cette fois spécialiste de psychologie cognitive, a dirigé l'ouverture de ce projet en septembre 1997.




Comment cela fonctionne t'il ?
Pour faire au plus simple, voici le principe :
- 65 "générateurs de nombres aléatoires" (GNA) répartis dans le monde entier envoient, à chaque seconde, 200 nombres binaires (0 ou 1),
- Sur un plan statistique et sur une échelle de masse (beaucoup de données), on devrait obtenir 50% de 0 et 50% de 1,
- Les constats depuis 1997 permettent de révéler des fluctuations, parfois importantes, dans les tendances statistiques,
- Un recensement des évènements mondiaux "remarquables" est fait pour tenter d'établir une corrélation avec les écarts statistiques anormaux.

Localisation des "GNA"

Des résultats
Délicat de se prononcer définitivement car les résultats sont évidemment sujets à polémique et les écarts sur des milliards de données ne sont pas systématiquement liés à un évènement...de plus, si l'on prend le cas marquant du 11 septembre 2001, des écarts importants sont révélés par l'équipe du GCP...mais remis en cause par une autre équipe indépendante (la polémique se situe sur le choix des GNA).
Il n'empêche qu'il ne faut pas perdre à l'esprit qu'un écart statistique notable (beaucoup plus de 1 que de 0 par exemple) n'a qu'une chance infime de se produire "naturellement" (en général moins de 1 chance sur 100 000).
La mort de Diana, de mère Thérésa, le tsunami de 2004, l'élection d'Obama, le printemps arabe sont des exemples d'évènements ayant une corrélation avec des écarts...

Ci-dessus, le pic au moment du 11 septembre 2001 avec un fait troublant : les écarts se sont révélés 4 heures avant la chute du premier avion.

Que chacun construise son propre avis, je trouve néanmoins courageux qu'un institut de notoriété mondiale ait pu dégager des fonds et des hommes pour une recherche que beaucoup considérerait comme marginal et non rentable...

Site officiel :

2 commentaires:

La Licorne a dit…

Je trouve ce projet très très intéressant, il faudrait en parler plus...

http://www.lesmotsontunsens.com/esprit-modifie-agit-matiere-distance-global-consciousness-project-6115

Ariaga a dit…

Je pense, en effet, que notre ami Carl Gustav aurait beaucoup aimé cette recherche. Amitiés.