vendredi 24 février 2012

A la rencontre de Carl Gustav Jung - Cazenave


J'ai évoqué l'année dernière un livre de Michel Cazenave (voir ici) et c'est avec un immense plaisir que je vous livre mes impressions de cette dernière lecture...moi qui m'attendais à une énième présentation générale du psychologue et de son oeuvre, j'ai été surpris, touché, bouleversé même.
Ici, on est dans l'humain, le vécu, la tragi-comédie...Cazenave se livre, se dévoile, alors que ses derniers ouvrages très érudits auraient pu nous inciter à croire que l'intellect avait pris le dessus, voici qu'il nous livre une facette inattendue de lui.




Sommaire
Avertissement.............................................................. 5
I. Première rencontre................................................... 7
IL Seconde rencontre................................................. 23
III. Et puis Jung, malgré tout........................................35
IV. De quelques lectures de Jung................................ 47
V. Avec Jung et Pierre Solié....................................... 61
VI. Avec Jung et Henry Corbin................................... 97
VII. (En guise de conclusion) Et toujours avec Jung.....115

Avis personnel 
Je pense que mon introduction résume bien mes impressions de lecture. Cette collection d'ouvrages de chez Oxus semble s'orienter sur une présentation assez particulière : une personnalité liée par une affinité, une sensibilité commune, un parcours de vie parle sans retenue d'une autre personnalité. On aboutit sur quelque chose de vivant, stimulant voire touchant...j'ai été touché de fait. Lire Cazenave évoquer ses  profonds déboires amoureux, sa pensée résolument portée par le mystère de la vie, déceler entre les lignes un homme marqué d'un certain décalage avec son environnement qui va finalement, au gré de "hasards", trouver écho, "substance" et enfin réponses  à ses interrogations auprès d'un pair (père?) que fut Jung. Cela éclaire d'une tout autre profondeur la vie de l'auteur...et cela laisse songeur, car qui n'a jamais rêvé de vivre l'intensité d'une telle communion d'esprit ?

Quelques extraits

"La rencontre de Jung...

Le Jung que je présente ici est donc celui que j'ai compris selon les aléas de mon existence. L'on entendra dès lors pourquoi je me mets moi-même tellement enjeu dans les pages qui suivent - ce qui me semblait le minimum d'honnêteté nécessaire - de sorte que le lecteur puisse y apporter toutes les corrections qu'il jugera utiles par rapport à ses propres expériences intérieures. "


"Dans un mécanisme de défense évident, je décidai donc que je ne voulais rien savoir de lui, que je ne lirais plus le moindre texte paru sous sa signature, et que, de toute façon, ma vie n'avait qu'à se dérouler comme elle l'entendait, sans que je veuille y intervenir le moins du monde. 
(Merveilleuse contradiction dont je refusais de me rendre compte : après tout, n'était-ce pas là, précisément, une décision que j'avais prise ? Dans les instants où, malgré tout, j'en nourrissais l'obscure intuition, je m'en tirais par un tour typiquement mercurien, en arguant de ce que j'avais décidé de ne plus rien décider, et que je laissais dorénavant advenir ce qui « voulait » m'arriver.) 
Très bêtement, je n'avais pas prévu que Jung se réimposerait à travers, justement, cette apparente suspension de toute volonté quelle qu'elle fût. "

"En avais-je fini avec Jung ?
Je faillis presque le croire... Mais la vie se charge vite de vous faire changer d'avis, et j'eus tôt fait de découvrir qu'il est de ces destins auxquels on ne peut échapper, ou plutôt des « destins », des couleurs de l'existence, des « notes » fondamentales avec lesquelles on n'en a jamais terminé de s'expliquer - et qui vous marquent au plus secret de votre expérience.
Ainsi, de la disparition, des années après que j'avais connu Corbin, de celle qui avait été la compagne de ma vie, et qui avait marqué l'une des raisons de ma mélancolie de jeune homme.
Si on ne l'a pas vécu soi-même, peut-on deviner ce que signifie ainsi la mort de l'être le plus cher au monde, de celui qui vous donnait votre sens et vous indiquait la direction des Cieux dont elle vous faisait pressentir comme vous en étiez par nature un habitant naturel ?"

6 commentaires:

Ariaga a dit…

Le ton est original et cela donne envie de le lire alors que je n'avais plus, depuis longtemps, envie de,lire "sur" Jung.

Anonyme a dit…

oui ce livre est très intéressant et fourmille de renseignements sur la quête de cazenave, son rapport avec malraux est aussi étonnant, sais-tu si malraux ètait proche des idées de jung?
bien à toi
fraternellement
daniel bonin

Jean Bissur a dit…

Bonjour Daniel,

En effet, Malraux était farouchement opposé à la conception fataliste de l'inconscient freudien mais a exprimé clairement son rapprochement à la psychanalyse jungienne...j'essayerai à l'occasion de retrouver les écrits que j'ai à ce sujet.

Fraternellement,
Jean

Anonyme a dit…

sur la couverture du livre on voit Jung en couleur. et sur sa gauche il tient une sorte de chien pas très drôle on dirait tandis que de la main droite il en retient un autre ainsi que sa pipe, pas très confort comme position. cette bête sur sa gauche a la'ir de faiire partie dus siège sur lequel il est assis bref tout un programme

Jean Bissur a dit…

Bonjour Anonyme,

Ne confondez vous pas le dernier ouvrage de Cazenave "Jung revisité" ?
Cette photo est assez connue, Jung est dans son jardin, sur un banc en pierre...j'ai toujours trouvé ce cliché très artificiel.

Très belle remarque, après un deuxième regard, c'est vrai que la couverture est troublante...

Jean

Anonyme a dit…

oui, surtout que son regard plonge dans le mien