vendredi 6 mai 2011

"Justice est faite"


Nul ne peut ignorer la nouvelle de la semaine, tendue en pâture aux âmes avides de sensationnel : Ben Laden n'est plus. Levons, avant toute chose, la moindre ambiguïté : cet homme était l'un des plus grands représentants du terrorisme, affichant ouvertement ce qui est incompréhensible, la négation du respect de la vie, l'effacement de toute dignité humaine au nom d'un principe de loi divine (sic)...bref, je n'ai pas versé de larme à l'annonce de sa mort.

Mais quelle ne fut pas mon étonnement, puis rapidement mon indignation, d'entendre Obama prononçait ces quelques mots : "Justice est faite !". La loi du talion affichée par le représentant de la première puissance mondiale. Le Bien a enfin triomphé du Mal, ce devait être et ce fut...je fus saisis par tout ce que sous-tendait ces mots. Les 3000 familles endeuillées continueront de porter le fardeau, les haines extrémistes sont ranimées, bientôt galvanisée par l'émergence d'un martyr "remarquable"...mais qu'importe, justice est faite !

Voici là un exemple frappant de projection négative collective, qu'on appelle plus simplement bouc émissaire. J'aimerais partager des phrases éclairantes de Jung, visionnaire de l'âme humaine pour ces choses là et qui avait senti sourdre, entre autre, la fureur intérieure qui rongeait l’Allemagne et conduisit à la seconde guerre mondiale...

"L'existence réelle d'un ennemi, bouc émissaire chargé de tous les pêchés capitaux, quel indéniable soulagement pour la conscience ! Quelle satisfaction que de clouer ouvertement au pilori le fauteur de trouble; l'on peut dorénavant proclamer bien haut qui est responsable, ce qui souligne l'origine extérieure du désastre et met l'attitude personnelle à l'abri de toute suspicion"

A bientôt,
Jean

16 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Jean.
Cette histoire avec Ben Laden me fait penser au personnage de Goldstein dans 1984,fabriqué et utilisé par une oligarchie.

D'autre part,il est intéressant de constater que les contempteurs proclamés de la peine capitale se soient ainsi réjoui de l’exécution sommaire d'un homme sans qu'il ait eu le droit à un jugement...

" ...la fureur intérieure qui rongeait l’Allemagne et conduisit à la seconde guerre mondiale..."
Le réveil de Wotan n'est pas qu'une cristallisation de la haine d'autrui,c'est bien plus une réaction (inconsciente) contre le christianisme dont Nietzsche a été le "prophète",pour ainsi dire.
A ce sujet relire "Aspects du drame contemporain",et particulièrement "Wotan".

Au plaisir de te lire,

Chronos.

Jean Bissur a dit…

Bonjour Chronos,

Quel plaisir de te croiser ici.
Merci pour ce rappel, en effet, ces deux oeuvres sont parfaitement en accord avec l'aspect mentionné dans ce billet...j'avais en particulier Wotan en tête.

Amitiés,
Jean

Michelle a dit…

Merci Jean pour ton article, très bien dosé. Le méchant c'est toujours l'autre, mais allons y voir de plus près, comme le fait Jung. Le gazon a souvent l'air plus vert chez le voisin ... mais aussi plus épaisse la paille dans son oeil, au premier abord!
Bonne réflexion!
Amicalement,
Michelle

Anonyme a dit…

C'est plus animé chez toi qu'ailleurs on dirait ;-)

Pour mémoire,"Wotan" fait partie du recueil de textes regroupés dans le volume "Aspects du drame contemporain" pour l'édition française.

"...la négation du respect de la vie, l'effacement de toute dignité humaine au nom d'un principe de loi divine..."
En se plaçant dans le camp d'en face,on pourrait dire la même chose de l'occident qu'en penses-tu?

Jean Bissur a dit…

Ce blog est une manière de fixer des choses pour moi...je suis ravi que cela attire des âmes "cherchantes".

Wotan, je possède une copie papier glanée que je relis régulièrement...oserai je avouer que j'ai "Aspects du drame contemporain" dans mes étagères...trop tard.
Merci de rétablir le lien.

Je suis pleinement d'accord sur ton allusion finale...il est aisé pour nous, occidentaux, qui avons facilement accès à la culture, à la (sur?)consommation, etc de jauger leur situation...parfois avec dédain ou au mieux condescendance. Mais la pente est savonneuse qui glisse vers la politico-social sur ces sujets...et loin de dévaluer ces domaines, ce n'est pas la vocation de mon blog.

Amitiés

Ariaga a dit…

Sortant de ma "retraite" , et commençant par une visite à ton blog,je me dis que j'ai bien fait en lisant ton article si pertinent. Amitiés.

Anonyme a dit…

On peut aborder le problème en restant dans le champ psychologique,Jean.
L'universalisme occidental est avant tout une Weltanschauung,un produit de l'esprit.
Cela dit,je comprends tes réserves.

Chronos.

phene a dit…

Personnellement, j'avais beaucoup apprécié la lecture du "Bouc émissaire" de René Girard. Son analyse met bien en valeur l'illusion persécutrice et les sacrifices méritoires... Amitiés

Jean Bissur a dit…

Bonjour Phène,

Tu es le premier amateur de Girard que je crois sur le net...sa trilogie autour de la violence et du sacré (dans laquelle est abordée ce dont tu parles) est absolument passionnante.
Au passage, il construit dedans une critique éclairée et intelligente de certains pans de la psychanalyse freudienne et son concept "mimétique" peut séduire les "jungiens" me semble t'il.
Merci pour ce rappel.
Amitiés,
Jean

Kélilan a dit…

Bonjour,
Je viens de découvrir votre site que je vais parcourir régulièrement.
Bonne continuation et merci pour vos réflexions ! :)
Stéphane

Jean Bissur a dit…

Bienvenue alors Stéphane,

Bonne lecture et merci pour les encouragements.

Jean

*MeL* a dit…

Je ne vois pas ce qui vous indigne dans la déclaration de Monsieur Obama ...." Justice est faite " .
Le Sieur Ben Laden n'est pas une victime ...il a joué aux échecs et il a perdu .
La seule différence ...les vrais joueurs d'échecs ...ne font que jouer des stratégies " virtuelles " sans mort réelle .

Vous êtes ambigu lorsque que vous dites " je n'ai pas versé de larme à l'annonce de sa mort " mais ... vous vous indigné malgré tout du " Justice est faite " lancé par Obama .....Etonnant .

Qu'est-ce qui vous gène dans ce " Justice est faite " ? ...Si c'était Bush ou un autre qui l'avait dit ça passerait mieux ? J'attend une réponse là.

Ariaga a dit…

Alors Jean, je suis le second amateur de René Girard, et je suis heureuse de partager cet intérêt avec l'ami Phène. J'ai dévoré, en son termps "La Violence et le sacré" et, ensuite "Des choses cachées depuis la fondation du monde", une relecture de la Bible et d'oeuvres de grands auteurs à la lumière de l'anthropologie et du mécanisme victimaire. C'est un peu ancien dans ma mémoire mais je me souviens que cela m'a apporté beaucoup.

Jean Bissur a dit…

Ariaga,
Oui je viens de remettre le nez sur le pavé de Girard et en effet, j'ai ingurgité avec plaisir en son temps, ces deux oeuvres et "Mensonge romantique et vérité romanesque", "Le Bouc émissaire" réuni dans un seul ouvrage autour d'une thématique très riche...j'avais été troublé (positivement) par les thèses proposés.


MeL,
Nos derniers échanges ont été marqués de ressentiment qui semble transparaître dans votre commentaire. J'espère me tromper.
Je crois que la réponse à votre question est dans la deuxième moitié du billet. En d'autres termes la mort de Ben Laden n'amènera apaisement nul part, pensez vous le contraire ?.
Ce blog ne traite pas les sujets sous un angle politique et ces propos auraient trouvé la même résonance chez moi prononcé par n'importe quel chef d'état.

Anonyme a dit…

Bonjour Jean

Tu as tout compris et très bien expliqué. Les hommes comme les régimes placent toujours un ennemi entre eux et leur miroir de façon à ne pas voir les grosses verrues qui foisonnent dans leur visage. Sitôt un bouc émissaire abattu, on s'empresse d'en ramener un autre sur le devant de la scène. L'ennemi est un homme-fard.Changer un homme-fard par un autre homme-fard est peut-être une démonstration de force (ou de farce) mais surement pas une démonstration de justice.

André, Montréal

Jean Bissur a dit…

Merci pour ce rappel André.